Etat de l'art SEO 2017

#SEO : Etat de l’art en 2017

Des tonnes d’articles, de conférences, d’échanges, etc etc…que restera-t-il au final de cette année SEO à l’aube de 2017. Beaucoup de choses. Les référenceurs français n’ont jamais été aussi créatifs et précurseurs. Les rencontres ont été légions, la veille a été maximale, et l’on a farfouillé par bien des égards bon nombres de territoires SEO inexplorés. Bref, 2017 arrive et l’état de l’art du SEO en France demande un bilan approfondi. Eléments d’éclairage. 

Cela a été une année plutôt intense en Référencement. Avènement de l’AMP, multi-conférences, découverte de pépites SEO (Adrien Russo si tu me lis), j’en passe et des meilleures. 2016 a été fertile en bons articles, en bonnes reviews. Nous avons du faire face à des updates dont nous avons tiré que peu d’informations mais qui ont fait le bonheur (ou le malheur) de bons nombres de sites.

Dès lors, et sans jouer les Madame Irma, vers quoi va-t-on tendre pour cette année 2017 qui s’en vient ? Grosse remise en question ou routine SEO ?

seo2017

#1 : Consolidation du Cocon

Quand on regarde sur Google et que l’on trie les articles pour “cocon sémantique” qui date de moins d’un an, on se retrouve avec pas moins de 1180 résultats.

On pourrait (devrait ?) séparer le bon grain de l’ivraie, mais inutile de dire que le cocon sémantique a renforcé ses positions (sic) cette année. Avec l’avènement du “meta-mots” dans l’excellent outil Cocon.se, il faut bien admettre que le travail du “mot” – au sens le plus strict – au sein de votre stratégie SEO est incontournable.

Cocon.se a notamment permis une toute nouvelle visualisation du cocon qui n’était accessible, jusque là, qu’aux fondus de Gephi.

2017 : Il faudra penser le cocon autrement, en direction des utilisateurs, pour permettre une navigation alternative réellement ancrée dans son parcours. Penser le lien interne comme un atout SEO mais aussi comme un atout UX.

#2 : Mobile, AMP et ASO

C’est peu dire que le Mobile a pris une place prépondérante dans notre stratégie de référencement. Je pense notamment à mes coreligionnaires gérant des sites médias, se retrouvant dans Google News, et qui ont décidé de prendre à bras le corps la problématique de l’AMP.

Rendons hommage notamment à Virginie Clève qui a multiplié les articles et a assis une réelle légitimité comme experte en la matière, à travers des conférences sur l’AMP qui ont soufflé pas mal de gens. On le sait, Google est friand d’apporter une dimension UX à son algorithme et à sa politique digitale, à travers les supports mobile.

Bien que la notion de responsive design et d’optimisation SEO mobile soient apparues en 2015 et renforcées grâce au “Mobilegeddon”, il y a une réelle tendance des clients à se reposer sur leurs lauriers quand il s’agit d’aborder cette question fondamentale.

Un excellent article d’Alexandre Penyauski nous démontre l’importance croissante de l’anticipation des changements SEO mobile pour éviter les pénalités sur les SERP de ces devices, qui pourraient être massivement nocive au vu du nombre croissant de mobinautes.

En ce qui concerne l’ASO, vous connaissez mon attrait croissant pour cette discipline. Elephorm m’ayant proposé de participer à un DVD de formation, j’ai dès lors pris conscience de l’enjeu croissant du référencement d’appli dans nos cultures SEO. Mais attention à ne pas magnifier ce type de mission, il est encore beaucoup de profanes en la matière et le coût exorbitant pour la réalisation d’une application freine encore pas mal de prospects à signer les contrats

2017 : L’AMP va être un carrefour de connaissances SEO qu’il ne faudra pas négliger et si vous voulez mon avis, il se peut qu’une petite update SEO mobile se fasse jour.

#3 : Devenez des journalistes !

Je vois de plus en plus de clients qui se posent la question de la ressource “contenu”. En effet, si vous ne disposez pas de ressources (ou de temps) en interne pour rédiger du texte pro-SEO, il va y avoir comme une couille dans le potage.

Du coup, je profite de ce poste pour déclarer ma flemme aux rédact.rices.eurs web. Et d’enjoindre tous les référenceurs à se former aux techniques de l‘écriture journalistique. Quand vous discutez avec un prospect, quand vous l’interrogez – de visu ou au téléphone – sur ses besoins, mettez vous dans la peau d’un journaliste et essayez de glaner toutes les informations possibles qui vont consolider votre contenu.

Idem quand vous rédigez le contenu en question. La définition d’une ligne éditoriale en amont me parait essentielle pour pouvoir intégrer sereinement votre sémantique.

2017 : On apprend à écrire ! C’est bête comme chou mais si vous faîtes des fautes d’orthographe, si votre syntaxe supporte mal la sémantique que vous avez intégré, si vous passez à côté d’éléments essentiels de rédaction, alors le piment de votre texte ne sera plus qu’un vulgaire Kubor.

#4 : L’Ergonomie fait partie intégrante du SEO et vice-versa

Comme mentionné dans un de mes tweets (voir ci-dessous), l’Ergonomie Web est un facteur essentiel de la réussite de toute la stratégie d’un site internet. Et votre dimension SEO ne pourra pas y échapper

Cela ne sert strictement à rien de donner une visibilité pérenne à votre site si son ergonomie fait fuir les utilisateurs. Le process d’achat ou de génération de lead va d’un point A (la requête sur le moteur) à un point B (l’acte). Et entre ces deux éléments il y a du SEO, du copywriting, de l’ergonomie, de l’expérience utilisateur, de la webperformance, etc….

Il est impossible aujourd’hui de se définir comme Référenceur sans penser à la partie Architecture du site. Nous sommes des architectes de l’information sémantique, quand les ergonomes sont des architectes de la navigation. Nous fluidifions la compréhension d’une thématique pour un moteur, ils fluidifient le process entre la page d’accueil et l’achat, etc etc…

Comme le dit si souvent Laurent Bourrelly : Think out of the box. Ne vous focalisez pas sur les fondamentaux du SEO et ouvrez-vous à d’autres disciplines.

2017 : Entourez-vous d’un.e expert.e en Ergonomie Web / UX Designer. J’ai bien même ma petite idée sur qui vous proposer, mais je la garde jalousement ! :p

#5 : Privilégiez le SEA !

Le troll de dernière minute, la pichenette dans le nez du SEO, bref le burkini sur la plage de sable fin des référenceurs. Et oui, je ne vais pas me faire que des amis mais en 2017, (re)lancez vous dans le SEA ! Car faire un break en SEO est nécessaire pour apprendre des Adwords et de leur complexité.

En effet, il ne faut pas voir le SEO comme l’antinomie du SEA mais bien comme son corollaire.

  • Il n’y a pas de bonnes études sémantique SEO sans un petit coup d’oeil anodin au Quality Score SEA.
  • Il n’y a pas de bonnes optimisations de Landing Page SEO sans A/B testing de landing page sur le SEA.
  • Et il n’y a pas de bonnes décisions d’optimisation d’une meta-description accrocheuse sans étude des KPI d’une annonce dans Adwords.

La clé de votre réussite en SEO en 2017, c’est le SEA ! A travers les optimisations d’annonces, de mots-clés, d’extension, de budget, vous pouvez avoir à votre disposition une foultitude d’informations qui vous guideront au mieux dans votre stratégie SEO.

Un CTR en berne ? Un quality score qui pue du cul ? Une stagnation du taux de conversion ? Tous ces critères sont destinés à vous donner une direction, un fil rouge, pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants de votre stratégie webmarketing globale !

2017 : Engagez-vous, Rengagez-vous sur la voie des Adwords ! Dénicher 2/3 clients avec des budgets de campagne entre 1000 et 2000 euros par mois. Et passez la certif’, genre vraiment.

#6 : Lisez, Concourrez, Ecrivez

On ne le dira jamais assez mais l’art du SEO réside avant tout sur l’apprentissage. Si vous vous contentez de répéter mécaniquement les standards sur tous vos clients, vous vous ferez vite dépasser. C’est pourquoi, l’état de l’art du SEO en 2017 dépendra de votre aptitude à vous intéresser à ce que font et disent vos camarades. A ce qu’ils écrivent notamment.

Pour moi, et AMHA, voici un top 5 des meilleurs blogs SEO pour parfaire sa culture et son bagage technico-marketo-sémantique.

  1. Axe-net
  2. On Crawl 
  3. Référencement White Hat
  4. Visibilité Référencement 
  5. Lightonseo

Mais, ce qu’il ne faut pas oublier dans l’apprentissage continu, c’est la pratique ! Et pour moi, rien de mieux qu’un bon concours de derrière les fagots. Merci à Wix d’ailleurs pour son SEO.hero (qui a l’air de bien fonctionner dans la communauté FR ! 😉 ).

Ce que je propose à mes élèves (environ une centaine à qui je transmets la passion et les fondamentaux du SEO), c’est un concours sur un mot-clé générique qui n’a aucun résultat de recherche à l’instant où l’on démarre. A chaque cours, pendant leur pratique, je rajoute une brique de connaissances (backlinks, cocon, balises meta, headings, etc…) pour qu’ils l’appliquent directement, en temps réel, sur leur site de concours.

2017 : Ce serait pas mal qu’on se fasse 2 concours dans l’année, un peu hardcore (comme savait les faire Jafaar), pour remettre en question nos connaissances et se nourrir de notre expérience commune.

 

Alors ? Partant pour une nouvelle saison de #SEOSpirit ? 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notify of
avatar

wpDiscuz